· 

Généralités sur les recettes de teinture (2)

Généralités sur les recettes de teintures (2)

    Je commence par un petit rappel de l'article précédent pour la préparation de la laine.

   Vous avez un ou plusieurs petits écheveaux de laine qui sont prêts à être teint, vous avez noté leur poids (PDF).

    

    Tout est est prêt pour réaliser votre première teinture naturelle!    

J'utilise un mordant? pas de mordant?

   Etre ou ne pas être, je ne sais plus à dit çà, mais c'est un peu la question.

    Voici ma réponse: tout dépend de la plante que vous allez utiliser pour faire votre teinture!

    Certaines, comme la gaude, la garance, ont besoin d'un mordant chimique (alun,...) ou naturel (noix de galles de chêne,...) pour se fixer sur la fibre.

    Dans cet exemple de teinture nous allons utiliser une plante à tanin qui joue le rôle de mordant et de colorant naturel.

Exemple de plante à tanin: Le Noyer

noyer, marron, fauve, jaune, couleur naturelle, teinture textile, laine, soie, magasin de laine, développement durable, mérinos, laine locale, laine artisanale, chale, fonty, boutique laine, bonnet

   J'ai choisi de vous proposer pour votre première teinture:

 

LE NOYER

    Pourquoi le noyer?

  - Le noyer est un arbre assez commun en France et connu de beaucoup de personnes.

   - C'est un plante "Grand et bon teint" historiquement parlant qui donne des couleurs du marron très foncé au fauve, selon son utilisation.

   - La teinture se fait sans mordant.

   - Plusieurs couleurs naturelles peuvent être obtenues

Qu'utilise-t-on du noyer et comment?

   Plusieurs parties de l'arbre peuvent être utilisée en teinture naturelle. J'utilise principalement l'écorce et le brou de noix (enveloppe des noix). J'ai fait aussi des tests sur des noix vertes par fermentation.

      Dans la suite de cet article, je ne parlerais que de l'écorce, cependant les conseils que je vous donne sont aussi valables pour les autres parties de l'arbre et transposable pour tous les autres arbres à tanins que j'ai cité plus haut dans l'exposé. 

       Vous pouvez aussi utiliser "le chêne" que j'ai décrit dans un post précédent.

Les parties de la plante

noyer, marron, fauve, écorce, couleur naturelle, teinture textile, laine, soie, magasin de laine, développement durable, mérinos, laine locale, laine artisanale, chale, fonty, boutique laine, bonnet

       Ci-contre, voici de l'écorce de noyer, que j'ai récolté chez un ami "nuciculteur" (culture du noyer pour ses fruits). 

   Le petit plus de votre teinturier: récupérer un maximum de plantes issues de la culture ou des tailles des arbres chez vos amis et voisins pour protéger la nature.

       Une fois vos branches (justes taillées) récoltées, à l'aide d'un outil vous retirez toute l'écorce pour la faire sécher avant de l'utiliser.

     Vous pourrez l'utiliser sans être séchée, cependant il faudra en tenir compte lors de vos calculs pour réaliser votre bain de teinture.

Le bain de teinture

   C'est le moment de sortie le crayon pour faire quelques petits calculs. Explications.

   Pour la préparation de ce bain nous allons faire une concentration de 100 % PDF. Oups, c'est quoi?

   Rappelez-vous:  PDF c'est le poids de fibres à teindre, et 100 % c'est la quantité de plante sèche qu'il va vous falloir pour réaliser la couleur.

   Un petit exemple: 

               votre écheveau de laine pèse 20 g (PDF) donc il vous faudra 20 g (100 %) de plante sèche.

   Dans tous mes propos vous trouverez toujours cette même règle de calcul de la quantité de plantes, de mordant. C'est un point important dans la réalisation de vos teintures naturelles.

   Il y a toujours une proportionnalité entre les différents ingrédients pour obtenir de belles couleurs.

    Vous allez peser, par exemple, 20 g d'écorce de noyer sèche (si l'écorce est verte il vous faudra multiplier la quantité par 2) pour teinter un écheveau de laine de 20 g.

    L'écorce est placée dans une casserole selon ma description dans l'article sur le matériel , sur laquelle vous allez verser  de l'eau de pluie (de préférence), environ 2 à 3 L.

     Afin que l'eau pénètre bien l'écorce, il vous faudra laisser macérer l'ensemble une nuit serait bien.

    A la fin de la macération, le mélange est porté à ébullition pendant environ 1 heure, puis laisser à refroidir avant de la filtrer.      

    

     Cette méthode est facilement transposable pour toutes les plantes arborées contenant des tanins, il est juste nécessaires de faire jouer les concentrations en fonction de votre désir.

Rendez-vous dans un prochain post pour réaliser la teinture.

Écrire commentaire

Commentaires: 0